Les pièces de dessinent

Après le taloché-jobré, une petite séance de tracé. La salle de bain, le WC et la cloison de grande chambre sont tracées histoire de voir à quoi ça va ressembler.

  

Le taloché-jobré

Jobrer : Verbe; Patois de la Saintonge; Appliquer une matériau (peinture, ciment, etc…) en en mettant partout.

Aujourd’hui, j’ai fait mes débuts avec l’enduis chaux-chanvre. Objectif : stabiliser un morceau de notre mur-musée en bas de l’escalier. Sur le principe, il suffit de jeter l’enduis à la truelle et ça tient. Dans les faits, il y a plusieurs problèmes de débutants : D’abord, l’enduis.  J’ai préparé le dosage « médian » indiqué sur le sac de chaux, et après cet essai, je pense qu’il faut mettre plus de chaux. Ensuite, le geste. En parfait débutant, j’en ai mis partout, et parfois partout sauf sur le mur. A la fin, l’escalier était bien crépis, alors que c’est un bon mètre plus haut qu’il fallait que ça tienne. Cela dit, j’ai développé une technique de projection à partir de la taloche. Visiblement, ce n’est pas la méthode officielle, mais au moins ça marche un peu.
S’il fallait conclure : On a 35m² à faire comme ça, il va falloir améliorer la technique (2h pour 1m² c’est pas top). Demain, j’essaie un autre dosage et je teste la tyrolienne. YABADABADIIIIIIIIIIIOUUUUUUUUU !!!!

    

Travail de poutres

Hier, on a (encore) posé des poutres. Le but du jeu : faire la structure pour boucher le trou de la cheminée du haut. Quand on a enlevé la dalle de la cheminé de la grande chambre, il restait un trou béant. On a donc posé 3 poutre pour combler ce vide. Il ne reste plus qu’à poser le sol manquant à l’étage.

On en a profité pour essayer de remettre le parquet de niveau. C’est pas encore complètement ça, mais c’est mieux. Côté mur, une poutre avait été coupée en deux lors de la pose de la cheminée et c’est le parquet qui la tenait (alors qu’à la base, c’était l’inverse !!). Maintenant, le sol de la grande chambre à retrouvé une solidité.

 

Un escalier en moins

Aujourd’hui, c’est l’escalier qui montait aux combles qui a été démonté.

Je n’ai toujours pas compris pourquoi un si bel escalier n’allait « que » aux combles. Visiblement, il y a du y avoir une très belle cage d’escalier il y a longtemps (il reste du plâtre dans les combles).

Toutes mes félicitations à celui qui a fait cet escalier il y a si longtemps. C’était visiblement du très beau travail.

On a trouvé le trésor !

Mon Papa, c’est le plus fort. Nous cherchons le trésor depuis 3 semaines, bêtement, dans les cheminées, derrières les murs… des lapins de 6 semaines quoi !

Mon Papa, en trois jours, il l’a trouvé ! Tel Goupi Mains Rouges, l’esprit acéré derrière le sourire bon enfant, mon père donc, a mis la main dessus là où personne n’aurait pensé le chercher : dans l’épaisse couche de crotte de pigeon du grenier (qu’il s’est, soit dit en passant, coltiné tout seul des jours durant, merci Papa).

C’est très fièrement qu’il nous a donc ramené une petite boîte qui contenait… un tas de petits bijoux de pacotille et de boucles d’oreilles orphelines !

« Pourquoi tant de battage ? » me diront les nantis.

Mais je sais bien que n’importe quel Chapelet-Ventura qui lira ces lignes se remémorera avec un petit sourire les « poubelles party » d’anthologie en famille.

Un trésor vous dis-je !

Deux douches dans la même journée !!

Jeudi dernier, Beau Papa et Jo étaient sur le chantier. Résultat : 2 douches en moins. Celle de la salle de bain n’a pas résisté longtemps, celle du bas a fait de la résistance. On a donc dégainé le gros marteau piqueur (merci Papa Edwige !!) et elle n’a plus fait la maligne.

Histoire de bien finir la journée, mes 2 ouvriers on enlevé le carrelage du rez de chaussé.

Pour évacuer tout ça, j’ai fait 7 voyages à la décheterie cette journée-là !

  

La fin du grenier

Il restait à vider le grenier (enlever les planche, vider la merde de pigeons et faire tomber le plafond) au dessus de la petit chambre.
C’est fait………

Avec ça, on croyait être débarrassé des grosses  sources de poussières. On avait oublier l’escalier !!

L’étage s’ouvre

On avait commencé le démontage de l’étage, Beau papa a continué.
De la salle de bain, il ne reste que les WC…

les petites et les grandes contributions

Les grandes …

Ils ne sont quasiment jamais sur les photos, mais ils sont là : les supers copains.

Ils prêtent leur matériel, assurent la logistique déjeuners et cafés, donnent de leur temps et sont même prêts à mettre à contribution leur Papy, Papa, Beau-frère…

Bref, avec Dood & Dwige, la vie de chantier est tellement plus belle.

Et les petites

Ma formation est un peu chronophage, mais on peu compter sur moi pour les aller retours à la déchetterie. Accrochée à mon pied de biche, tel Tarzan la banane (OK, plutôt George de la jungle), je fait aussi tomber les plafonds. et je n’hésite jamais à me rouler dans la crasse si nécessaire

NB : ça ne se voit pas sur la photo mais je fait à nouveau du 40, vive le fitness chantier !

E-PA-TEE !

Mon namoureux et son Papa, ils sont super forts. Analyse / conception / réalisation, tout y est, pas une faute !

Les rois de la poutre, du burin, de la descente de murs, du démontage de plafond… et avec le p’tit coup de balai qui va bien sioûplait ! donc en plus, quand on arrive le chantier est rangé, les outils et les EPI sont à dispos.